GOÛTER ET DONATION AU CENTRE D’ACCUEIL DE CUBA AVEC LA JEUNE EQUIPE DE L’ASSOCIATION « CUBANIÑOS » DE BAYONNE.

GOÛTER ET DONATION AU CENTRE D’ACCUEIL MISÉRICORDE DE CUBA AVEC LA JEUNE EQUIPE DE L’ASSOCIATION « CUBANIÑOS » DE BAYONNE.

Cela ne fait quelques jours que l’équipe des cubaninos est rentrée en France. Je prends le temps de vous partager les moments fabuleux de leur journée goûter/donation dans notre centre d’accueil MISÉRICORDE, entouré de nos bénévoles efficaces, de nos petits protégés et leurs familles. Merci à Valentin, Aya et Aleesha de nous avoir donné un peu de leur temps et le consacrer à tout nos amis, petits et grands du quartier en difficulté EL CHICO.

58374213_2281697748744976_3837725631718621184_n

1/ PRÉPARATION DES DONS

Le jour de l’évènement, ils se réunis afin de procéder au classement des dons, étape importante pour travailler dans de bonne condition et faciliter la distribution.

3/ PRÉPARATION DU GOÛTER

Rejoint par les bénévoles et aides du jour et Placés autour d’une table, ils ont préparé les nombreux pains/mayonnaises, mélangé la boisson fruitée avec l’eau afin assouvir la faim, la soif des enfants et familles présentes.

4/ L’HEURE DE LA DONATION, DU BONHEUR SUR LE VISAGE DES ENFANTS

Ils étaient venus nombreuses et nombreux, comme habituellement. Des nouvelles mamans et leurs enfants sont venus découvrir notre monde avec de grand yeux curieux. Ces moments sont intenses en joie et bonheur pour nous comme pour eux. Je ne m’avancerai certainement pas en disant que nos trois jeunes amis ont due vivre un moment fabuleux.

5/ LE GOÛTER POUR FINIR CETTE MAGNIFIQUE JOURNÉE.

La journée se conclue en rassasiant nos petits protégés avec les sandwichs de pain et de mayonnaise. Pour boisson, le soda sucré que les enfants, et adultes d’ailleurs, adorent.

JE REMERCIE TOUTE L’EQUIPE DE L’ASSOCIATION « CUBANIÑOS », NOTRE EQUIPE DE CUBA, LES BÉNÉVOLES DU JOUR ET CERTAINES MAMANS POUR LEURS AIDES EFFICACES.

 

BONNE ANNÉE 2017 A TOUTES ET TOUS !!

BONNE ANNÉE 2017 A TOUTES ET TOUS !!

Comme le disent les anciens et comme cela se répète de génération à génération : « la manière de passer la fin de l’année déterminera comment se passera la suivante ». C’est peut-être pour cela que la majorité des cubains prépare la grande fête. Ils la passent ensemble, dansent et partagent leurs meilleurs vœux. Certains font primer l’excès des dépenses mais ce qui doit primer est la joie. Ce sont des moments d’espérance, de désirs de jours meilleurs où les gens souhaitent, ne serait-ce qu’en partie, que la prophétie la plus répétée ici se réalise : santé, argent et amour.

Les plans de fin d’année et tout le cheminement pour arriver au 31, prennent cependant le pas sur tout cela. La maison, par exemple se doit d’être très propre. Ainsi, il est commun de voir toute la famille durant les jours qui précèdent l’évènement, nettoyer tout le foyer en profondeur, peindre et réparer ce qui, durant l’année, ne l’aurait pas été. C’est pour cette raison que le 31 décembre commence bien plus tôt à Cuba. Et tous travaillent pour que ce diner soit le point culminant jusqu’au moment des douze coups de minuit où l’on se souhaite le traditionnel « bonne année ». Le menu de ce repas est typiquement cubain : viande de porc, riz aux haricots noirs (congri) tubercules avec bananes frites, salade et légumes, pour la célébration, du rhum, de la bière bien fraîche et de vin cubain.

La journée commence par la répartition des rôles : ceux qui épluchent, ceux qui préparent le porc, ceux s’occupant du dessert et les autres qui iront au marché chercher les produits frais pour la salade et les tubercules tout récemment arrivés en provenance de la campagne. Durant toute la journée, se mêlent au sein du foyer, musique que l’on entend dans chaque recoin.

A 23 heures 45, la famille se mobilise et le décompte des minutes commence. On réveille ceux qui ne pouvaient plus tenir debout après le diner et  on sort les verres . Les Cubains préparent également des bassines d’eau qu’ils balanceront pour nettoyer le passif de l’année passée, cela dans la vieille tradition paysanne qui peut s’observer dans n’importe quel endroit du pays.

Plus que des coutumes familiales, cela descend des mythes et légendes, ce qui est certain, c’est la nécessité d´utiliser ce prétexte pour rapprocher la famille. Il en résulte la priorité sur le plan individuel de faire le point sur le passé. Et surtout… prendre du bon pied les 365 jours à venir.